Feeds:
Posts
Comments

Archive for January 17th, 2013

001_fouvault insurrectionnel
Séminaire intensif du Collège international de philosophie
coordonné par Roberto Nigro et Diogo Sardinha
en collaboration avec la revue materiali foucaultiani

et avec le soutien de PhiCo – Philosophies contemporaines (Université Paris 1) et de l’Université des Arts de Zürich (ZHdK)

Foucault insurrectionnel
Premier volet : du lundi 21 au jeudi 24 janvier 2013

Séances : 18h30-20h30

Lycée Henri IV, Salle PrM-1.03, 23 rue Clovis, 75005 Paris
(métro ligne 10, station Cardinal Lemoine, ou RER B, station Luxembourg)

Argument
Penser l’insurrection sous ses différentes formes (épistémologique, politique, éthique), voilà le premier but de ce séminaire intensif, organisé en deux volets : quatre séances en janvier, puis quatre séances en juin 2013, à Paris. Foucault est bien un penseur de l’insurrection : il suffit de se rappeler sa définition de la politique, dans Sécurité, territoire, population, comme « le premier soulèvement, le premier affrontement ». Il est aussi un penseur du contre : les contre-conduites, dans ce cours de 1977-1978, ne sont qu’une occurrence de cette manière de réfléchir, puisqu’avant elles, dans « Il faut défendre la société », de 1975-1976, il est déjà question d’anti-sciences et de contre-histoires. Ce même cours véhicule l’idée, devenue célèbre, d’une « insurrection des savoirs ». Bien avant cela, au milieu des années 1960, Les Mots et les choses accordent un rôle capital aussi bien aux contre-sciences qu’aux hétérotopies, un autre terme préfixé qu’il a marqué de son empreinte. Cet effort se prolonge jusqu’à la fin, dans les références à Socrate et aux cyniques, chez qui le franc-parler est une mise en péril de la vie. Revenant sur tous ces aspects, nous nous efforcerons de dégager les conditions sous lesquelles une pensée de l’insurrection est possible, en nous demandant du même pas comment se produisent des insurrections dans la pensée.

Lundi 21 janvier : Diogo Sardinha, Biopolitique et insurrection des savoirs ; Martina Tazzioli, Une révolution n’est pas seulement une révolution

Mardi 22 janvier : Orazio Irrera, Ethique de soi et résistance ;  Diogo Sardinha, Les contre-conduites comme forme d’insurrection

Mercredi 23 janvier : Marcio Alves da Fonseca, « Un nouveau droit » contre la discipline et la souveraineté ; Diogo Sardinha, La politique comme soulèvement

Jeudi 24 janvier : Laura Cremonesi, La question de la critique ; Diogo Sardinha, Découverte et recouvrement de la liberté dans le cadre du libéralisme
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Le séminaire se poursuivra du lundi 17 au jeudi 20 juin 2013

Renseignements complémentaires 
roberto.nigro@zhdk.ch ; diogo_pt@hotmail.com

Advertisements

Read Full Post »

%d bloggers like this: