Foucault News

News and resources on French thinker Michel Foucault (1926-1984)

À paraître le 10 septembre 2012

pdf flyer

Michel Foucault, Mal faire, dire vrai. La fonction de l’aveu en justice
Édition établie par Fabienne Brion et Bernard E. Harcourt, Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve (2012) Co-éditeur : University of Chicago Press
ISBN : 978-2-87558-040-5
382 pages

Commandez cet ouvrage via notre site de vente en ligne :

www.i6doc.com

Vous pouvez aussi vous adresser

à la DUC (Diffusion universitaire Ciaco)

Grand Rue 2-14, 1348 Louvain-la-Neuve

Tél. + 32 10 45 30 97 – Fax + 32 10 45 73 50 duc@ciaco.com

Cet ouvrage est également disponible dans toutes les bonnes librairies.

L’ouvrage

Aux mois d’avril et de mai 1981, Michel Foucault prononce un cours qu’il intitule Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice. Il y poursuit l’élaboration de la notion de gouvernement par la vérité, introduite en janvier 1979 dans La naissance de la biopolitique puis reprise en janvier 1980 dans Le gouvernement des vivants pour donner un contenu positif et différencié à la notion de savoir-pouvoir et opérer par rapport à celle d’idéologie dominante un second déplace ment.

Le cours est la trace d’un engagement militant : le fruit de l’alliance nouée avec des juristes radicaux, sous l’égide de l’École de criminologie de l’Université catholique de Louvain, à l’occasion d’un projet de révision du code pénal en vigueur en Belgique. Adressé à un public de juristes et de criminologues, il replace l’analyse du développement de l’aveu pénal dans l’histoire plus générale des technologies du sujet et examine diverses techniques par lesquelles l’individu est amené, soit par lui-même, soit avec l’aide ou sous la direction d’un autre, à se transformer et à modifier son rapport à soi. D’entrée de jeu, Michel Foucault annonce que le problème qui l’occupe a deux aspects. Politique : « savoir comment l’individu se trouve lié, et accepte de se lier au pouvoir qui s’exerce sur lui ». Philosophique :« savoir comment les sujets sont effectivement liés dans et par les formes de véridiction où ils s’engagent ».

Ainsi conçues, les leçons peuvent se lire comme une suite donnée à Surveiller et punir ou comme une première esquisse de l’analyse de la parrêsia et des formes alêthurgiques développée dans Le courage de la vérité. Avec le sujet avouant, ce n’est pas seulement le thème du dire vrai qui est introduit. Parce que les formes de véridiction ont partie liée avec l’assujettissement et la déprise de soi, c’est aussi la question de ce qui s’en déduit pour la philosophie critique – qu’en l’occurrence, Michel Foucault met en oeuvre, à la croisée de l’activité pratique et de l’activité théorique, de la politique et de l’éthique.

Table des matières

Note des éditeurs

Conférence inaugurale

Leuret, l’aveu et l’opération thérapeutique. – Effets supposés du dire vrai sur soi et de la connaissance de soi. – Caractères de l’aveu. – Extension dans les sociétés chrétiennes occidentales : des individus liés à leur vérité, et obligés dans leurs rapports aux autres par la vérité dite. – un problème historico-politique : comment l’individu se lie à sa vérité et au pouvoir qui s’exerce sur lui. – un problème historico-philosophique : comment les individus sont liés par les formes de véridiction où ils s’engagent. – un contrepoint au positivisme : la philosophie critique des véridictions. – Le problème du « qui juge-t-on ? » dans l’institution pénale. – Pratique pénale et technologie de gouvernement. – Le gouvernement par la vérité.

Leçon du 22 avril 1981

Une ethnologie politique et institutionnelle de la parole vraie. – dire vrai, dire juste. – Limites de l’étude. – Véridiction et juridiction dans l’Iliade d’Homère. – Le combat de Ménélas et Antilokhos. – objet de l’aveu d’Antilokhos. – Justice et agôn ; agôn et vérité. – La course et le défi de serment, deux liturgies du vrai, deux jeux destinés à représenter avec justesse la vérité des forces. – un rituel de commémoration. – Véridiction et juridiction dans Les travaux et les jours d’Hésiode. – Le dikazein et le krinein. – Le serment des plaideurs et des cojureurs dans le dikazein : un jeu à deux, le critère étant le poids social des adversaires. – Le serment du juge dans le krinein : un jeu à trois, le critère étant le dikaion. – du poids social des adversaires à la « réalité des choses » : dikaion et alêthes.

Leçon du 28 avril 1981

Représentation du droit dans Œdipe roi, de sophocle. – un paradigme judiciaire. – Les ressorts de la tragédie. – deux anagnôriseis, trois alêthurgies. – Véridiction et prophétie. – Véridiction et tyrannie. – Véridiction et témoignage d’aveu. – Grandeur des parties, liberté de parole et conditions de l’effet de vérité dans l’enquête. – La reconnaissance par le chœur, condition de la reconnaissance par Œdipe. – du dire vrai au dire « je ». – une procédure conforme au nomos, une véridiction qui répète celle du prophète et complète celle de l’homme de la tekhnê tekhnês.

Leçon du 29 avril 1981

Herméneutique du texte et herméneutique de soi dans le christianisme primitif. – Véridiction de soi dans l’Antiquité païenne. – L’examen de conscience pythagoricien : purification de soi et mnémotechnique. – L’examen de conscience stoïcien : gouvernement de soi et remémoration du code. – L’expositio animae stoïcienne : médecine des passions et degré de liberté. – La pénitence dans le christianisme primitif. – Le problème de la réintégration. – La pénitence, un statut qui manifeste un état. – Significations de l’exomologèse. – une  vie en forme d’aveu, un aveu en forme de vie. – un  rituel de supplication – davantage que le modèle médical ou judiciaire, celui du martyre. – Véridiction de soi et mortification de soi – De la publication de soi comme pécheur à la verbalisation de soi : tentation et illusion.

Leçon du 6 mai 1981

Pratique de la véridiction dans les institutions monastiques du iVe-Ve  siècle : les Apophtegmata Patrum et les écrits de Cassien. – Le monachisme entre vie de pénitence et existence philosophique. – Caractères de la direction de conscience antique. – Caractères de la direction de conscience dans le monachisme : une obéissance indéfinie, formelle et auto-référée ; humilité, patience et soumission ; inversion du rapport de verbalisation. – Caractères de l’examen de conscience dans le monachisme : de l’actum à la cogitatio. – Mobilité de la pensée et illusion. – Discrimen et discretio : aveu et origine de la pensée.– Véridiction de soi, herméneutique de la pensée et sujet de droit.

Leçon du 13 mai 1981

Caractères de l’exagoreusis au iVe-Ve   siècle. – renonciation  à soi. – Vérité du texte et vérité de soi. – Affranchissement et ajustement de l’herméneutique du texte et de l’herméneutique de soi dans le protestantisme. – illusion, évidence et sens (descartes et Locke). – Illusion de soi sur soi et inconscient (Schopenhauer et Freud). – Juridification de l’aveu dans la tradition ecclésiastique du iVe   au VIIe   siècle. – Compénétration de l’exagoreusis et de l’exomologèse dans les premières communautés monastiques et de laïcs. – Caractères et origines de la pénitence tarifée : modèle monastique et modèle du droit germanique. – sacrementalisation et institution de la confession obligatoire au Xiiie siècle. – Juridification des rapports entre l’homme et Dieu. – Formes et significations de l’aveu dans la confessio oris.

Leçon du 20 mai 1981
Juridification dans les institutions ecclésiastiques et politiques. – Du Dieu juge à l’État de justice : souveraineté et vérité. – Aveu, torture et épreuve inquisitoire de la vérité. – Aveu, torture et preuves légales. – Aveu, loi souveraine, conscience souveraine et engagement punitif. – Auto-véridiction, évidence et dramaturgie pénale. – Hétéro-véridiction, examen et psychiatrie légale. – rapporter l’acte à l’auteur : la question de la subjectivité criminelle au XIXe   siècle. – La monomanie et la constitution du crime comme objet psychiatrique. – La dégénérescence et la constitution du criminel comme objet de la défense sociale. – de la responsabilité à la dangerosité, du sujet de droit à l’individu criminel. La question de la subjectivité criminelle au XXe siècle. – Herméneutique du sujet et signification du crime pour le criminel. – Accident, probabilité et indice de risque criminel. – La véridiction du sujet, brèche du système pénal contemporain.

Entretien de Michel Foucault avec André Berten, 7 mai 1981

Entretien de Michel Foucault avec Jean François et John de Wit, 22 mai 1981

Situation du cours

One thought on “Mal faire, dire vrai by Foucault (2012)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s