Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Current events’ Category

Columbia Center for Contemporary Critical Thought Launches

New Center Will Be Directed By Critical Thought Professor Bernard E. Harcourt, Who Has Challenged Conventional Wisdom on Practices including Mass Incarceration, Free Market Economics, Broken Windows Policing, and Racial Profiling

Media Contact: Public Affairs, 212-854-2650 or publicaffairs@law.columbia.edu

New York, October 7, 2014—The roots of critical thought go back at least to French Renaissance writer Michel de Montaigne, but a new Columbia Law School and Faculty of Arts and Sciences initiative will apply the age-old interdisciplinary approach to a host of modern issues, including the use of surveillance as a mode of government power in the age of Big Data.

The initiative, launched this fall by Columbia Law School Professor Bernard E. Harcourt, is called the Columbia Center for Contemporary Critical Thought and will bring together scholars and students who are engaged in developing novel ways of understanding how legal and scientific knowledge is produced and organized.

Embraced by philosophers ranging from Nietzsche, Freud, and Marx to Michel Foucault, critical thought takes place at the intersection of law, social sciences, and the humanities.

Harcourt, Isidor and Seville Sulzbacher Professor of Law joined the Columbia Law School faculty in July. He describes critical thought as a “logic of suspicion” that attempts to dismantle commonly held beliefs by demonstrating how they have been constructed over time. In his own work, Harcourt has used critical thought and empirical data to argue against racial profiling, broken windows policing, and mass incarceration, to question free market economics, to reexamine asylums and institutionalization in this country and abroad, and to explore the idea of political disobedience. His latest work, including a book forthcoming in 2015, critically examines government and corporate surveillance in the context of social networking sites such as Facebook and Twitter—or what he calls “digital security” and its effects on governing, exchanging, and policing.

“The mission of the Columbia Center for Contemporary Critical Thought is to nourish, explore, encourage, and support critical reexamination of the received wisdom of our time,” Harcourt said. “The task of contemporary critical thought is to question and challenge the authority of established truths and falsehoods, to challenge their empirical foundations, and to engage in forms of practice that test the limits of knowledge.”

Under Harcourt’s direction, the center will provide opportunities for students to analyze how critical thought can be applied to real-world scenarios. Next semester, Harcourt and University of Chicago Professor W.J.T. Mitchell will co-teach Spectacle and Surveillance, a seminar that will examine surveillance in a time of near-total information storage and retrieval. The course is partially funded by a grant from the Mellon Centre for Disciplinary Innovation.

The center also will host short-term seminars with renowned contemporary theorists, sponsor lectures and workshops, organize book events and colloquia, and create a reading group for faculty members and graduate students across Columbia University. The first one-week seminar will take place in November with François Robert Ewald, the recently retired chair of insurance studies at the Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris) and Foucault’s primary assistant from 1976 to 1984. A spring seminar will feature Renata Salecl, a philosopher whose recent work has focused on the anxiety produced by choice.

Another dimension of the center will allow students to participate actively in litigation and policy initiatives addressing such criminal justice practices as capital punishment and prison terms of life imprisonment without parole, with the goal of tying practice to critical thought.

“Critical thought bridges philosophy, political theory, sociology and social theory, anthropology, classics, law, art criticism, and cultural studies,” Harcourt said. “It represents an epistemological approach that is reflected in a wide range of disciplines and approaches.”

Harcourt is the author of several books, including Occupy: Three Inquiries in Disobedience with Michael Taussig and W.J.T. Mitchell (University of Chicago Press 2013) and The Illusion of Free Markets: Punishment and the Myth of Natural Order (Harvard University Press 2011). He is also the editor of Foucault’s 1973 Collège de France lectures, La Société punitive (Gallimard 2013) and co-editor of Foucault’s 1981 Louvain lectures, Wrong-Doing, Truth-Telling (University of Chicago Press 2014). His scholarship has examined the sociology of punishment and penal law and procedure, including through pioneering empirical research on asylums and prisons. In addition to his work as a scholar, Harcourt represents death row inmates pro bono and has served on human rights missions in South Africa and Guatemala.

Before joining Columbia Law School, Harcourt served as the Julius Kreeger Professor of Law and Political Science at The University of Chicago, where he was the chairman of the political science department. He also holds a chair at the École des Hautes Études en Sciences Sociales in Paris.

# # #

Columbia Law School, founded in 1858, stands at the forefront of legal education and of the law in a global society. Columbia Law School combines traditional strengths in corporate law and financial regulation, international and comparative law, property, contracts, constitutional law, and administrative law with pioneering work in intellectual property, digital technology, tax law and policy, national security, human rights, sexuality and gender, and environmental law.

Join us on Facebook
Follow us on Twitter: www.twitter.com/columbialaw

Read Full Post »

Marie Odile Germain, Michel Foucault: De retour à la BNF, Chroniques de la BNF, no. 70, 2014, pp. 26-27

A report on Foucault’s 37,000 pages of manuscripts at the Bibliothèque Nationale in Paris with photos of some of Foucault’s handwritten pages. These manuscripts are now available for consultation in the documents department of the BNF.

With thanks to the Foucaultblog and Progressive Geographies for this news.

Read Full Post »

With thanks to Zorbitor for this news

Read Full Post »

Eric Aeschimann, Pourquoi Michel Foucault est partout, Le nouvel observateur, 21 décembre 2013.

Economie, politique, genre, histoire, spiritualité… 30 ans après la mort du philosophe, notre siècle néolibéral porte son nom. Explications

n 1979, dans le cadre de son cours hebdomadaire au Collège de France, Michel Foucault consacre trois séances à la théorie néolibérale. Il y analyse des auteurs peu connus en France: les économistes allemands de l’après-guerre, l’Autrichien Friedrich Hayek ou encore l’ultralibéral américain Gary Becker, futur prix Nobel d’économie.

Avec un sens stupéfiant de l’anticipation, il dévoile le véritable projet de ce courant de pensée: officiellement, le néolibéralisme prétend «libérer» les individus et leur permettre d’agir à leur guise; en réalité, explique le philosophe, il s’agit d’imposer une façon de vivre entièrement guidée par l’intérêt et le calcul économique. Le marché n’est pas un mécanisme naturel, mais un dispositif, une «discipline», une «technique de gouvernement», comme la prison ou l’hôpital psychiatrique. Le néolibéralisme fabrique Homo economicus de la même manière que la clinique fabrique le fou.

A l’époque, la question n’intéresse guère. Thatcher n’est pas encore au pouvoir, et personne n’imagine la déferlante néolibérale qui va s’abattre sur la planète. Foucault passe à un autre sujet, et, lorsqu’il meurt, en 1984, cet aspect de son travail tombe dans l’oubli. En 2004, le cours de 1979 devient un livre, sous le titre «Naissance de la biopolitique», ce qui ne facilite pas sa diffusion dans le milieu des économistes.

suite

Read Full Post »

Foucault News editorial comment: I was interested by the opening sentence of this piece in The Guardian and my thought was that Foucault actually should be brought precisely into these kind of arenas. I have observed that practitioners can really benefit from engaging with Foucault’s ideas and have their ideas about their professional practice considerably broadened. If nothing else, coming to grips with his ideas gives people’s brains a good workout in this era of obsession with brain training. Certainly more productive than endless sudoku in my view!

Stephen Hoare, City Unrulyversity: a pop-up education, theguardian.com, Tuesday 12 November 2013

Anyone expecting rows of eager postgrads critiquing philosopher Michel Foucault will think they have landed on Mars. City Unrulyversity is a new concept in higher education outreach, described as a “pop-up” and based at the Brick Lane offices of digital media company Unruly. Here, no one takes an attendance register and there are no assignments.

“It’s very informal. We pull together couches and bean bags, and you get a beer and crisps,” says Caroline Wiertz, co-founder of City Unrulyversity and reader in marketing at Cass Business School.

Launched at the start of 2013 with a mission to inform, inspire and empower the next generation of Tech City entrepreneurs, City Unrulyversity offers a programme of free, early-evening lectures.

read more

Read Full Post »

Communiqué de presse
Collège International de Philosophie
1, rue Descartes F – 75005 Paris

Diogo Sardinha
élu Président de l’Assemblée collégiale du Collège International de Philosophie

Le Collège International de Philosophie a élu à la fin du mois de septembre le nouveau président de son Assemblée collégiale pour un mandat de 3 ans : Diogo Sardinha, 42 ans, de nationalité portugaise, devient le premier philosophe étranger à accéder à cette charge depuis la fondation du Collège en 1983.

Reçu au Collège en 2010 pour une période de six ans, Diogo Sardinha y mène un programme sur « Violence et politique : l’émeute comme forme de mouvement sauvage ». Il part de l’actualité des émeutes urbaines depuis 2005, pour réfléchir philosophiquement aux discours et catégorisations que suscitent ces événements.

La philosophe suisse Marie-Claire Caloz-Tschopp, professeure émérite de l’Université de Genève, occupe le poste de vice-présidente. Avec une large expérience des relations internationales et une œuvre particulièrement attentive aux thèmes de l’exil et de la citoyenneté, elle renforce l’ouverture au monde qui marque cette nouvelle étape de la vie de l’institution.

Également directrice de programme depuis 2010, Marie-Claire Caloz-Tschopp travaille sur « Exil, création philosophique et politique : repenser l’exil dans la citoyenneté contemporaine ». Ses recherches se situent sur le terrain de la migration, en coopération étroite avec des professionnels de la santé, du social, du droit et du service public, mais aussi avec des migrants exilés et des exilés du monde du travail et de l’appartenance politique au sens large.

La confiance manifestée en ce « tandem » par les membres de l’Assemblée collégiale, avec 63% des voix dès le premier tour, est l’illustration la plus récente de l’ouverture grandissante du Collège à l’international, qu’on constate depuis plusieurs années par l’augmentation du nombre des directeurs et directrices de programme formés (aussi) dans d’autres pays. Actuellement, 30% des membres du Collège, soit quinze sur cinquante, dirigent des programmes hors de France, établissant ou renforçant des liens privilégiés avec leurs pays de résidence ou de vie (Allemagne , Brésil , Canada, Chine, États-Unis, Italie, Japon, Portugal, Royaume-Uni et Suisse).

À eux s’ajoutent des directeurs de programme qui, basés en France, travaillent sur d’autres parties du globe, du Maghreb et du pourtour méditerranéen à l’Amérique Latine. Le Collège tirera parti de cette richesse pour renforcer son rayonnement, montrant que la philosophie française n’est plus seulement faite à partir des structures de formation, de recherche et d’enseignement traditionnelles, mais elle comprend désormais une myriade de penseurs qui,- n’étant pas nés en France, ont adopté le français comme langue de travail. Simultanément, cette réalité s’oppose au prétendu déclin de la langue française en philosophie.

Actuellement chercheur invité à l’Université de Columbia à New York, Diogo Sardinha a été formé dans les Universités de Lisbonne et de Paris et a mené, pendant les dernières années, des travaux notamment en Allemagne et au Brésil , pays avec lesquels il entretient des liens étroits. Il succède à Mathieu Potte-Bonneville, président de 2010 à 2013. Fondé par François Châtelet, Jacques Derrida , Jean-Pierre Faye et Dominique Lecourt, le Collège a fêté son trentième anniversaire en juin dernier.

Information in English

Diogo Sardinha

Diogo Sardinha (ICLS Visiting Scholar July-December 2013) is the Chair of the Collège International de Philosophie in Paris where he also heads the research program “Violence and Politics” (2010-2016). He studied philosophy at Lisbon (B.A. 1997) and at Paris-Nanterre (M.A. 1999, Ph.D 2005) before continuing his research in São Paulo and Berlin. He is a full member of the Center for Philosophy of Science of the University of Lisbon. His main books are Order and Time in Foucault’s Philosophy (in French, 2011), and The Emancipation from Kant to Deleuze (in French, 2013). His research project at the ICLS is entitled “Anthropology After The ‘End of Man’: Kant, Foucault, and the contemporary renewal of the reflection on human being”.

Read Full Post »

Passeport pour un autre monde…

Avec nos voyages en Afrique de l’Ouest, nous étions (trop) souvent confrontés à la négation de la liberté de circulation de nos partenaires, à la bêtise des corridors de sécurité, à la cécité des frontières. On s’était alors dit qu’on pourrait créer un pays dont nous serions tous citoyens, un pays de liberté, de fraternité, d’équité. Ce pays n’aurait pas de frontières : il serait constitué d’un ensemble de lieux écologiques et solidaires, conçus par des citoyen-ne-s pour répondre à leurs besoins, à ceux leurs proches et de leur communauté, dans le respect des personnes et de l’environnement.

Ce pays, nous l’avons appelé « Hétérotopia » en référence à une conférence de Michel Foucault qui parlait des « hétérotopies » pour désigner les utopies réalisées, ces projets concrets et ces lieux qui incarnent aujourd’hui ce qui était un rêve hier.

Hétérotopia, c’est donc un pays potentiel. Il n’existe sur aucune carte : il nous faut la construire. Ses citoyens n’ont pas de papiers, pas d’état civil : il leur faut conquérir leur identité. Il n’a pas d’expert pour le conduire, pas d’Etat pour le diriger, encore moins de monarque : il cherche sa voie, tâtonne, expérimente à travers la multiplicité des éléments qui le composent. Il est en perpétuel mouvement, en incessante (r)évolution.

A Via Brachy, on a décidé de lui créer un Passeport et de le diffuser afin de porter son message et ses valeurs, pour que chacun d’entre nous puisse s’y reconnaitre et puisse contribuer à son émergence.

Le Passeport Hétérotopia est une invitation au voyage. Il attire notre attention sur ce(ux) qui nous entoure. Il nous invite à chercher l’insolite dans notre quotidien et à entrer en contact avec les autres. C’est un passe-droit pour celles et ceux qui veulent voir dans le monde un peu plus que ce qu’il y a déjà. C’est une mémoire vive de ces lieux dans lesquels s’inventent la société de demain, un réservoir d’idées et de projets concrets. C’est aussi un prétexte pour se rencontrer, pour échanger des idées, pour apprendre à se connaître. C’est enfin un signe distinctif qui nous permet de nous retrouver et de nous fédérer.

Mais, nous direz-vous, si le monde se changeait avec des bouts de papiers, ça se saurait ! Et pourtant ! Pourtant, à Via Brachy, on est persuadé que ce Passeport fera son chemin. A condition que nous soyons nombreux à le faire vivre.

C’est donc à vous, simple citoyen-ne, que revient cette tâche. Comment procéder ? C’est très simple. Prenez votre Passeport avec vous, fourrez le dans votre sac : que vous l’ayez cherché ou non, vous rencontrerez certainement sur votre route des personnes dont les projets vous inspireront, vous vous arrêterez dans des lieux qui vous sembleront atypiques, exemplaires, prometteurs. A ce moment-là, vous sortirez votre Passeport de votre sacoche et vous demanderez à vos hôtes d’inscrire un petit mot pour vous souvenir de ce lieu et pour en parler autour de vous. Parallèlement, vous nous enverrez un petit message sur heterotopies@viabrachy.com pour nous raconter ce lieu et ces personnes. Si nous sommes d’accord pour qualifier ce lieu / ce projet d’Hétérotopie, nous l’inscrirons sur la carte que nous construisons ensemble. Et peu à peu, nous verrons se dessiner les contours de ce nouveau pays.

Hétérotopia sera-t-il le 196ème pays déclaré à l’ONU, juste après la Palestine ? Il est trop tôt pour le dire. Mais une chose est certaine : Il y a bien un autre monde, et il est dans celui-ci. A nous d’ouvrir l’œil !

suite

Source: Heterotopian Studies

Read Full Post »

Older Posts »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 5,202 other followers

%d bloggers like this: