Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Conferences’ Category

Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations

Further info

Program

Dates et lieux :

Jeudi 18 décembre 2014  :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, salle des conférences
200 avenue de la République 92001 Nanterre

Vendredi 19 décembre 2014 :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B, salle des conférences
200 avenue de la République 92001 Nanterre //  Plan du campus de Paris Ouest

Samedi 20 décembre 2014 :
Lycée Henri IV, Salle des conférences
23 Rue Clovis, 75005 Paris // Plan d’accès

Entrée gratuite sur inscription en complétant le formulaire ci-dessous..

Organisation et contact :
Christian Laval
Luca Paltrinieri
Ferhat Taylan

Dans le cadre des activités du Collège International de Philosophie et du laboratoire Sophiapol (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), avec le soutien du Centre Michel Foucault.

Argumentaire

De Foucault à Marx, se tisse un rapport complexe qui ne cesse de produire des effets d’interprétation, de luttes, de critiques. L’objet de ce colloque est triple :

- saisir les enjeux des lectures foucaldiennes de Marx et de son rapport aux différents marxismes ;
– mesurer les déplacements produits par la pensée de Foucault sur la compréhension et l’actualisation de Marx ;
– mieux comprendre comment ces deux pensées sont mobilisées dans les luttes pratiques, dans le renouvellement de la critique sociale, dans l’invention politique de « mondes nouveaux ».

La première partie sera consacrée au rapport difficile, contrasté que Foucault a entretenu avec Marx et la tradition marxiste. On partira des années 1950, tentant de comprendre le rapport du jeune normalien au PCF, à Althusser, à Sartre, à Merleau-Ponty. Ensuite, on tentera de saisir son détachement progressif du marxisme humaniste dans les années 1960, ainsi que l’opération de relativisation de la figure épistémologique de Marx dans les Mots et Les Choses. En revanche, on pourrait évoquer un rapprochement avec la tradition marxiste, basée sur une certaine lecture de Marx, au début des années 1970, notamment dans le cours La Société Punitive qui vient d’être publié. De cela résulte une réélaboration des thèmes de la production, de l’histoire, de l’accumulation, du capital physique et humain, qui trouve son expression dans un livre comme Surveiller et Punir. Mais d’autre part, l’évolution de la seconde moitié des années 1970 implique également des critiques ouvertes des différents marxismes alors en vogue, tel que le freudo-marxisme ou le maoïsme. L’objectif de cette première partie est de faire le point sur toutes ces oscillations qu’on pourrait détecter à l’intérieur de l’œuvre de Foucault par rapport à Marx et au marxisme.

La deuxième partie du colloque se penchera sur les effets que produit la lecture de Foucault sur l’interprétation de Marx. De nouvelles lectures de Marx s’appuient ainsi sur des concepts mobilisés par Foucault (discipline, surveillance, dispositif, biopolitique, gouvernementalité, subjectivation). L’étude des formes variables de pouvoir, la place et les types de « lutte » dans les processus politiques, la réinterprétation des phases du capitalisme à partir des formes de gouvernementalité, tout cela participe d’un « effet Foucault » sur la compréhension de Marx sur lequel nous ferons le point.

La troisième partie du colloque s’intéressera aux tentatives de conjugaison, d’hybridation et d’articulation des analyses de Marx et des travaux de Foucault dans la critique sociale actuelle et dans les mouvements sociaux. Il s’agira dans cette dernière partie d’explorer les champs de luttes et les thématiques critiques qui mobilisent Marx et Foucault. Si la référence foucaldienne a été liée historiquement à l’émergence des luttes « extra-économiques », « sociétales » ou culturelles, qui ne trouvaient pas chez Marx les points d’appui nécessaires, elle s’articule aujourd’hui à l’analyse marxienne de l’organisation capitaliste et à la critique des formes de pouvoir typique de la mondialisation. Quelles sont les formes de ces articulations, quelle en est la productivité, quelles en sont les limites ?

.

1ère Journée. Foucault lecteur de Marx

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Salle de Conférences, Bâtiment B

Matin : 9h00-12h30

Ouverture : Christian Laval, Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan

Présidence : Emilie Hache

09h30-10h00 Christian Laval (CIPh/Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le pouvoir productif »

10h00-10h30 Rudy Leonelli (Università di Bologna) : « Foucault lecteur du Capital »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Jason Read (University of Southern Maine) : « Being Productive: Work and Subjectivity in Marx and Foucault »

11h30-12h00 Alberto Toscano (Goldsmiths, London) : « Of Sub-Powers and Surplus-Profits: Money, Capital and Class-struggle in Foucault »

12h00-12h30 Discussion

Après-midi 14h15-18h

Présidence : Mathieu Potte-Bonneville

14h15-14h45 Jean-François Bert (IRCM, Université de Lausanne) : « Cartographier les marxismes avec Foucault : les années 1950 et 1960 »

14h45-15h15 Manlio Iofrida (Università di Bologna) : « Michel Foucault entre Marx et Burckhardt : esthétique, jeu, travail »

15h15-15h45 Roberto Nigro (CIPh/ZHDK Zurich) : « …Communiste nietzschéen. L’expérience Marx de Foucault »

15h45-16h15 Discussion

Pause

16h30-17h00 Ferhat Taylan (CIPh/Université Bordeaux III) : « La place de Marx : des Mots et les Choses à La Société punitive »

17h00-17h30 Hervé Oulc’hen (BelPD-COFUND, Université de Liège) : « Stratégie et praxis : Foucault et Sartre lecteurs des enquêtes historiques de Marx »

17h30-18h Discussion

2ème Journée. Marx après Foucault

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Salle de Conférences, Bâtiment B

Matin 9h30-12h30

Présidence: Frédéric Gros

09h30-10h00 Emmanuel Renault (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Domination, exploitation, pouvoir »

10h00-10h30 Federica Giardini (Università Roma 3) : « Ordres et désordres. Symbolique, production, reproduction »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Antonio Negri : « Marx après Foucault : la subjectivité retrouvée »

11h30-12h00 Pierre Dardot (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense): « De la praxis aux pratiques »

12h00-12h30 Discussion

Après-midi 14h15 – 18h

Présidence: Christian Lazzeri

14h15-14h45 Laurent Jeanpierre (LabTop-CRESPPA Paris 8/CNRS) : « Que faire des circulations? Une autre confrontation entre Marx et Foucault »

14h45-15h15 Guillaume Sibertin-Blanc (Erraphis, Université Toulouse II – Jean Jaurès) : « L’historico-politique et le bio-politique. Retour sur le schéma de la lutte de classe au prisme de la généalogie foucaldienne »

15 h15-15h45 Yoshiyuki Sato (Graduate School of Humanities and Social Sciences, University of Tsukuba) : « Gouvernementalité et économie : le problème de l’État chez Foucault et Marx »

15h45-16h15 Discussion

Pause

16h30-17h00 Diogo Sardinha (CIPh, Paris) : « L’enjeu du nominalisme et la lutte contre la métaphysique »

17h00-17h30 Jacques Bidet (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Marx et Foucault recyclés l’un par l’autre »

17h30-18h00 Discussion

3ème Journée. Marx avec Foucault : actualités, luttes, critique

Lycée Henri IV

Matin 9h00-12h15

09h00 Mots de bienvenue de Patrice Corre, Proviseur du Lycée Henri IV et Diogo Sardinha, président de l’Assemblée collégiale du Collège International de Philosophie

Présidence : Isabelle Bruno

09h30-10h00 Pierre Sauvêtre (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Altérer le monde : penser les luttes avec Marx et Foucault »

10h00-10h30 Isabell Lorey (EIPCP, Berlin): « Foucault, Actuality, History. Aspects of Presentist Democracy »

10h30-10h45 Discussion

Pause

11h00-11h30 Stéphane Haber (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Marx, Foucault et la question de l’entreprise comme institution »

11h30-12h00 Massimiliano Nicoli (Filolab, Trieste) & Luca Paltrinieri (CIPh/LabTop-CRESPPA Paris 8/CNRS): « Qu’est-ce que une critique transformatrice ? Contrat psychologique et normativité d’entreprise »

12h00-12h15 Discussion

Après-midi (14h15- 16.30)

Présidence : Philippe Combessie

14h15-14h.45 Judith Revel (Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Subjectivation, conflictualité, organisation : Foucault et autres hérétiques »

14h45-15h15 Julien Pallotta (IFCS-UFRJ, Rio de Janeiro) : « L’effet Althusser sur Foucault : de la société punitive à la théorie de la reproduction »

15h15-15h30 Discussion

Pause

15h45-16h30 Conférence de clôture: Étienne Balibar (Paris Ouest Nanterre La Défense/Kingston University, London) : « L’anti-Marx de Michel Foucault »

Read Full Post »

Pierre Rivière – Infamie et Normalisation
13 avril 2014 par Maria Muhle, Ici et Ailleurs

Les trois termes qui donnent le titre à notre colloque, « Exclusion, discipline, terreur », mettent en perspective deux points fondamentaux de l’analytique du pouvoir élaborée par Michel Foucault : D’une part, il s’agit de la discussion entamée depuis la publication de la Volonté de Savoir en 1976 au moins, autour du partage entre les différents régimes de pouvoir dont parle Michel Foucault ; et d’autre part, il s’agit de la question épineuse de la « positivité » du pouvoir que Foucault semble définir en introduisant la notion de biopolitique comme « un pouvoir qui investit la vie de part en part ». Le malaise formulé dans l’exposé par rapport à ces questions étant celui de savoir si vraiment le pouvoir moderne biopolitico-gouvernemental peut se passer du recours aux techniques répressives, d’exclusion voire de terreur. Foucault lui-même a souligné dans la Volonté de savoir que le XXème siècle, siècle biopolitique donc, a été bien plus meurtrier que les siècles précédents et que le pouvoir biopolitique se doublait donc d’un « formidable pouvoir de mort » ou d’une thanato-politique. On connaît les analyses d’Agamben qui, à partir d’ici, a tenté de montrer que toute biopolitique était au fond traversée par un pouvoir souverain d’exception. Je pense, néanmoins, que cette interprétation passe à côté de l’analyse de biopouvoir de Foucault qu’elle homogénéise du côté du pouvoir souverain, et qu’il faudra repenser la « labilité des dispositifs du pouvoir » dont il est question dans l’exposé en termes généalogiques, en se tournant, justement, vers les écrits des années 1970–75 autour du rapport entre le savoir psychiatrique sur les anormaux et leur prise dans les dispositifs disciplinaires qui viennent à constituer la généalogie directe, si l’on veut, de ce que Foucault appellera en 1976 la biopolitique ou, un an plus tard, la gouvernementalité : l’exclusion, technique principale du pouvoir psychiatrique, se maintient donc à l’intérieur du dispositif biopolitico-gouvernemental à travers le pouvoir de normalisation mais elle y change d’apparence : car le trait fondamental de la normalisation comme mécanisme fondamental des dispositifs de sécurité est de projeter l’exclusion dans le futur, c’est-à-dire d’élaborer des analyses de risques futurs ainsi que de mettre à disposition des moyens pour remédier à ces risques avant d’avoir pris forme.

Read more

Read Full Post »

Call for papers

CRMEP 2015 Graduate Conference: Philosophy, Power, Potentialities

Centre for Research in Modern European Philosophy,

Kingston University London, Penrhyn Road campus, KT1 2EE

Thursday 21st – Friday 22nd May 2015

Confirmed keynote speaker: Alenka Zupančič (Slovenian Academy of Sciences and Arts/EGS)

Deadline for abstracts: 28th February 2015

* * *

In a contemporary discourse suffused with the theme of ‘crisis’ – political, economic, educational, social, ecological, technical – what are the resources of philosophy at this moment for thinking power relations and potentialities?

‘Power’ has long been a central concept for philosophy and critical thought. The theme gained particular influence in the wake of Michel Foucault’s studies of the 1970s and ’80s, spurring productive dialogue with different accounts of power and domination provided by the feminist, post-colonial and Marxist traditions, and in race/ethnicity, gender and queer studies. More recent European thought – drawing on influences as broad as Spinoza, Marx, Aristotle, Heidegger, Benjamin, mathematics and religious texts – has provided challenging new resources for thinking power, potency, potentiality, subjectivities and politics.

For all this, to what extent can philosophy in 2014 help comprehend contemporary social and political forces? Can it think the powers and potentialities at work within our modern context? Have the concepts of power, potency and potentiality been adequately theorised? How might these concepts help us to think the relation of theory and practice? How do powers and other force relations manifest themselves in the very location of philosophical and critical thought itself?

We invite papers from a broad spectrum of disciplines engaging with modern European philosophy, on topics that could include (but are not limited to):

  • contemporary conceptualisations of power (Marxist, post-Marxist, post-colonial, feminist and other)
  • historical potentialities
  • theorising the reversibility of social power relations in gender, sexuality and race/ethnicity studies
  • actualisations of philosophy, contemporary impacts
  • theories of resistance
  • the potential of philosophical history: dynamis, energeia, potestas, potentia
  • regimes, discourses, institutions of power
  • power and limits of critique
  • contemporary political power, crisis, and philosophical/critical responses

Please send 300-word abstracts to: crmepagc@gmail.com by 28th February 2015.

 

Read Full Post »

PDF for download

Conference website

Palermo2014_Page_1

Palermo2014_Page_2

Read Full Post »

 

CFP: Time Served: Discipline and Punish 40 Years On

Nottingham Trent University is now accepting submissions for their 2015 conference on Michel Foucault‘s “Discipline and Punish.” The deadline for submissions is March 1, 2015.

11-12 September 2015, The Galleries of Justice, Nottingham, UK

40 years after it was first published in French, the impact of Michel Foucault’s seminal text Discipline and Punish on theories of incarceration, discipline and power remains largely unchallenged. The aim of this conference is to revisit the text in light of the past four decades of penal developments, public debate and social consciousness on incarceration as it continues to constitute society’s mode of punishment par excellence.

In addition to thinking through the legacy of Discipline and Punish and its continued relevance today, specific focus will be given to the text itself, its position within Foucault’s wider critical project and its important relationship with his activism most notably the work of the GIP [Groupe d’Information sur les prisons] during the early 1970s. For example, the publication in 2013 of his 1973 lectures at the Collège de France on La Société Punitive, calls for a return to this period and a new engagement with Foucault’s work on prisons, not least in its pursuit of a more openly Marxist critique of the relationship between incarceration and bourgeois capital accumulation.

Here, attention should also be paid to Foucault’s methodology in researching and writing the text. Discipline and Punish marks his movement from an archeological to a genealogical approach towards what he terms the ‘history of the present.’ What is at stake in this shift and how effective is his genealogical method for thinking through the material and discursive structures of incarceration operating within our own society and moment? How does the juxtaposition set up between the torture and killing of Damiens and the prison timetable of the book’s opening raise important questions not simply about punishment but the role of representation – images and narratives of incarceration – in framing public consciousness about the space of the prison?

It is hoped that the conference will bring together a range of participants: scholars working in the fields of philosophy, sociology, criminology, urban geography, architecture, history, literature, media studies as well as artists, writers and activists involved in projects based in and about prisons and their conditions.

If you would like to offer a paper or other form of intervention, please send us a 250 word abstract along with your name, e-mail and (if relevant) institutional affiliation. If you would like to organize a panel of 3 or 4 presenters, please also send a panel title along with the abstracts and contact details.

Deadline for abstracts: 1 March 2015.

E-mail: sophie.fuggle@ntu.ac.uk

The conference is organized by Nottingham Trent University and will be held at the Galleries of Justice in Nottingham.

Read Full Post »

Call for Papers: Critical Spaces – Disorienting the Topological

Critical Spaces Call for Papers

Facebook page

***The deadline for applications has now been extended to Friday 14th November 2014***

A graduate conference in the critical humanities to be hosted by The London Graduate School at Kingston University, London.

Monday 5th January 2015

Keynote speakers will include:

Claire Colebrook

Eyal Weizman

Eleni Ikoniadou

Fred Botting

Call for Papers:

“The present epoch will perhaps be above all the epoch of space.” — Michel Foucault ‘Of Other Spaces’

“Oh God! I could be bounded in a nutshell and count myself a king of infinite space.” —Hamlet

Foucault’s assertion that the present epoch will be one of space immediately evokes the temporal. Whether we consider our epoch as modern, postmodern, or as nonmodern, the philosophical treatment of space has been subordinated to time. Elizabeth Grosz has suggested that philosophy could draw on architecture to consider itself as a form of building or dwelling rather than as reflection of thought, evoking the spatial already implied by Heidegger. Occupy Wall Street and other recent anti-establishment protests in Brazil and Istanbul have been defined by journalist Bernardo Gutierrez as forming ‘a new architecture of protest’, convened by networks of consensus rather than dominant groups and ideology. Current theories and practices surrounding geopolitics, metamodelling, neuroscience, cartography and choreography support this growing emphasis on spatiality – whether focusing on produced space, social space and spaces of resistance, imaginary and poetic space, psychoanalytical and embodied space, sovereign space, performative space, digital space and/or virtual space.

This conference invites interdisciplinary approaches to the spatial. In particular we are interested in how thinking spatially or spatial practices reveal and open up disruptive, subversive or minoritarian fields within already existing discourses, be they philosophical, political, cultural or aesthetic. As Foucault has done in defining heterotopias, and as Edward Soja shows us through the idea of ‘thirding as othering’, it aims to rupture not only the particularities of those discourses, but the very possibility of thought itself through challenging existing borders, boundaries, horizons, surfaces and planes.

We welcome proposals from all approaches including but not limited to: New Materialisms, Non-philosophy, Philosophy and Praxis, Cultural Studies, Political Theory, Geography, Architecture, Postcolonial Theory, Feminist and Queer Theory, Literature, Visual Cultures, and Art Theory and Practice, which consider space in the broadest terms. We also welcome proposals for practice based approaches and interventions.

Please send abstracts of no more than 300 words to lgscriticalspaces@gmail.com by Friday 31 October 2014.

Read Full Post »

Journée Foucault Paris 8 (1)

Journée Foucault Paris 8:  PDF of Program

Read Full Post »

Older Posts »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 5,830 other followers

%d bloggers like this: