Feeds:
Posts
Comments

Archive for the ‘Books’ Category

kelly-politicsMark G. E. Kelly, Foucault and Politics. A Critical Introduction, Edinburgh University Press, Nov 2014

Further info

A clear and critical account of Foucault’s political thought: what he said, how it’s been used and its influence today

This book surveys Michel Foucault’s thought in the context of his life and times, utilising the latest primary and secondary materials to explain the political implications of each phase of his work and the relationships between each phase. It also illustrates how his thought has been used in the political sphere and examines the importance of his work for politics today.

One of the most prominent theorists in the contemporary humanities and social sciences, Foucault is known as a radical thinker who disturbs our understanding of society. He also presented a moving target, continually changing his concerns and his apparent position. So, until now, comparatively little attention has been given to his politics.

Key Features

  • Engages with Foucault’s entire corpus, from his first works right up to his posthumously published Collège de France lectures and the unabridged version of the History of Madness
  • Looks at the theoretical reception of Foucault’s thought and how it has been applied to real-world problems
  • Student-friendly text boxes highlight and explain key ideas

Read Full Post »

vogelmann Frieder Vogelmann, Im Bann der Verantwortung. Frankfurt/New York: Campus, 2014

Further info

Über das Buch

Dass wir verantwortlich handeln sollen, scheint eine selbstverständliche Norm zu sein, die kaum jemand infrage stellt. Doch das war nicht immer so – noch vor 200 Jahren war »Verantwortung« ein marginaler Rechtsbegriff. Was bedeutet die steile Karriere von Verantwortung für unser Denken und Handeln? Was geschieht, wenn Verantwortung in der Arbeitswelt oder in der Kriminalpolitik zu einem verlangten Selbstverhältnis ohne substanzielle Handlungsmacht wird, während die Philosophie Verantwortung an diese Bedingung knüpft?

Content description:

The book demonstrates how large parts of philosophy have fallen under responsibility’s spell, relying heavily on this discursive operator without inquiring into its theoretical and practical consequences. To do so, the book builds on a methodological reading of Michel Foucault’s analysis of practices along the three axes of power, knowledge and self.

Seen from this “archaeological-genealogical” perspective, “responsibility” requires two subject positions: a “bearer” and an “ascriptor” of responsibility. This simple heuristic allows one to analyse the power relations between those two subject positions, the knowledge formations needed to articulate the two subject positions and the self-relation presupposed to occupy them. The book looks into three distinct practice-regimes: of labour (including wage labour as well as the welfare state), of criminality (including policing and punishment practices as well as the criminal trial) and of philosophy.

In all three practice-regimes, there has been a reciprocal transformation of “responsibility” and the practices within which this discursive operator is used. And in all three practice-regimes, responsibility’s self-relation (the self-understanding of those bearing responsibility) has been intensified. But whereas in the non-philosophical practices of labour and criminality, the power relations between the “bearer” and the “ascriptor” of “responsibility”
have been asymmetrically decoupled, thereby dissociating “responsibility” from “agency”, philosophy’s reflections on responsibility have fused both subject positions, thus also fusing “responsibility” and “agency”. This discrepancy, then, leads to philosophy legitimating a discursive operator that works very differently outside of philosophy. Yet philosophy ignores this because “responsibility” (especially as a paradigm for normativity) has become a key term in explicating the specific field of philosophy to itself.

Hence, under responsibility’s spell, philosophy refuses to acknowledge the theoretical and practical effects of its devotion to “responsibility”.

Read Full Post »

sabot1Philippe Sabot, Lire « Les mots et les choses » de Michel Foucault,  PUF, 2nd edition, 2014
Comment lire et comprendre l’œuvre de Michel Foucault, dans laquelle il développe l’histoire des sciences humaines pour en comprendre l’élaboration, mais aussi pour en saisir les contraintes et les limites contemporaines.

Quels sont les enjeux fondamentaux des Mots et les choses ?
Pourquoi a-t-on pu considérer ce livre comme un manifeste du structuralisme ?
En quoi consiste cette « archéologie des sciences humaines » proposée par Foucault ?

Le présent ouvrage est une étude d’ensemble des Mots et les choses, ce livre difficile dont les véritables intentions épistémologiques et philosophiques ont été longtemps occultées par les polémiques qu’il a suscitées (la « mort de l’homme ») et par l’extraordinaire succès médiatique dont il a bénéficié dès sa parution en 1966. À travers une lecture raisonnée des Mots et les choses, Philippe Sabot aborde la double dimension, à la fois historique et critique, de la démarche archéologique de Foucault, et souligne l’importance de la question du langage au sein d’une réflexion portant sur les conditions de constitution et de contestation des sciences humaines.

Table des matières

Introduction : L’ordre des choses – L’histoire – Les seuils – Le Même et l’Autre

Présentation de la première partie de Les mots et les choses : Ressemblance, représentation, discours

Commentaire de la deuxième partie de Les mots et les choses : L’histoire, l’homme, le langage
« Le seuil de notre modernité »
1 – Archéologie d’une rupture : Décrochages – Kantisme et anthropologie
2 – Les figures fondamentales du savoir moderne : La naissance de l’économie politique – L’a priori historique de la biologie moderne – La philologie et la dispersion du langage
3 – Le pli anthropologique du savoir : La fin du discours – Le quadrilatère anthropologique – Le dépli du pli anthropologique
4 – La contestation des « sciences humaines » : La situation épistémologique des sciences humaines – La représentation inconsciente – L’inconscient, l’histoire, l’homme et son Autre – L’éternel retour du langage

Conclusion – Résumé analytique de la seconde partie de Les mots et les choses – Glossaire – Bibliographie

Philippe Sabot est professeur de philosophie contemporaine et de sciences humaines à l’université Lille 3. Il dirige l’UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (CNRS, Lille 3, Lille 1).

Read Full Post »

voelTh. Voeltzel, M. Foucault, Vingt ans et après. Suivi de Letzlove, l’anagramme d’une rencontre
DATE DE PARUTION : 09/10/14 EDITEUR : Verticales ISBN : 978-2-07-014665-9 EAN : 9782070146659 PRÉSENTATION : Broché NB. DE PAGES : 213 p.

En 1978 paraît aux éditions Grasset, dans la collection ” Enjeux ” de Claude Mauriac, Vingt ans et après, un livre d’entretiens – enregistrés sur cassettes et retranscrits par Mireille Davidovici – entre un parfait inconnu d’un peu plus de vingt ans, Thierry Voeltzel, et un grand philosophe qui avait alors tenu à garder l’anonymat : Michel Foucault – passer son nom sous silence était alors un geste éditorial audacieux.

Le dialogue, organisé de façon thématique, est une conversation informée et vivante. Il révèle la richesse de paroles et de vie des années 70, dix ans après Mai 68, moment intense de mutation de la jeunesse, notamment concernant la sexualité, les drogues, la famille, le travail, la religion, la musique, les lectures… et la révolution. On en apprendra beaucoup sur les débuts du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), puis du groupe Antinorm-Sexpol, ainsi que sur l’investissement des maoïstes dans les entreprises (ici à l’hôpital) et en général sur l’existence de ce Thierry que Foucault appelait volontiers ” le Garçon de Vingt ans “.

Si nous rééditons ce document à l’identique, c’est qu’il constitue aujourd’hui un témoignage extrêmement original sur cette époque. Mais c’est dans la postface inédite d’une douzaine de pages que nous apprendrons les circonstances de la rencontre de l’auto-stoppeur Thierry Voeltzel avec Michel Foucault l’été 1975. Leur intense amitié les conduira à concevoir ce livre (1978), à faire deux voyages d’études et enquêtes dans l’Iran révolutionnaire (septembre et novembre 1978) et à participer ensemble aux débuts du magazine Gai Pied (avril 1979).

Pour célébrer d’une façon originale les quarante ans de la disparition du philosophe, il nous a semblé judicieux de remettre en circulation cette face cachée de l’oeuvre foucaldienne, souvent citée par Mathieu Lindon ou Didier Eribon. L’intérêt de ce livre devenu introuvable réside tout autant dans le vécu hors norme du jeune Thierry Voeltzel que dans le portrait en creux d’un grand penseur en plein exercice de sa passion savante.

 

Read Full Post »

zamoraDaniel Zamora (dir.), Critiquer Foucault, Les années 1980 et la tentation néo-libérale, Aden, Bruxelles, 2014

PDF flyer

Lorsque Michel Foucault décède en 1984, c’est également le monde de l’après guerre, ses institutions et ses espoirs de transformation sociale, qui s’éteint avec lui. Les décennies qui suivront seront indéniablement celles du triomphe du néolibéralisme et des attaques contre les droits sociaux. Si Michel Foucault n’en a pas été le témoin direct, son oeuvre dans ce domaine apparaît néanmoins visionnaire. La question du libéralisme occupe en effet une place importante dans ses derniers écrits. Depuis sa disparition, l’appareil de pensée foucaldien a, en outre, acquis une place centrale, pour ne pas dire dominante, au sein d’un large pan du monde intellectuel de gauche. Pourtant, comme le démontrent les différentes contributions qui composent cet ouvrage, l’attitude du philosophe face au néolibéralisme fut pour le moins équivoque. Loin de mener une lutte intellectuelle résolue contre la doxa du libre marché, Michel Foucault semble, sur bien des points, y adhérer. Comment en effet interpréter sa critique radicale de la sécurité sociale, qualifiée d’instrument d’accomplissement du « biopouvoir » ? Ou son soutien aux « nouveaux philosophes » ?

Foucault aurait-il été séduit par le néolibéralisme ? Cette question, loin d’incarner simplement les évolutions d’un intellectuel, interroge plus généralement les mutations d’une certaine gauche de l’après-mai 68, les désillusions à venir et les transformations profondes du champ intellectuel français au cours des trente dernières années. Comprendre les années 1980 et le triomphe néolibéral, c’est également explorer les recoins les plus ambigus de la gauche intellectuelle à travers une de ses plus importantes figures.

Avec les contributions de :

Jean-Loup Amselle, Michael C. Behrent, Michael Scott Christofferson, Jan Rehmann, Loïc Wacquant, Daniel Zamora

 Table des matières

Introduction par Daniel Zamora

Foucault et les « nouveaux philosophes ».
Par Michael Scott Christofferson

Le libéralisme sans l’humanisme : Michel Foucault et la philosophie du libre marché, 1976-1979.
Par Michael C. Berhent

Foucault, les exclus et le dépérissement néo-libéral de l’Etat
Par Daniel Zamora

Foucault, Bourdieu et l’état pénal à l’ère néolibérale.
Par Loic J. D. Wacquant

Les promesses non tenues du dernier Foucault et de la « gouvernementalité ».
Par Jan Rehmann

Michel Foucault et la spiritualisation de la philosophie.
Par Jean-Loup Amselle

Les informations bibliographiques

 

Titre : Critiquer Foucault

Auteur : Daniel ZAMORA (dir.)

Editeur : Aden (www.aden.be)
Collection : Grande bibliothèque
Format : 14 * 20 cm, broché
Nombre de pages : 468 pages
ISBN-13 :  9782805920677
Prix de vente public conseillé : 20 euros
Date de mise en vente en librairies : 28 Novembre 2014

Contact presse : Daniel Zamora  dzamorav@ulb.ac.be

+32(0)472418347

Read Full Post »

Foucault-Genealogie_1materiali foucaultiani (eds)

Foucault e le genealogie del dir-vero,

Cronopio (collana “Tessere”), Napoli 2014, pp. 219

 

In occasione del trentesimo anniversario della morte di Foucault, questo volume raccoglie i contributi alla giornata di studi organizzata da “materiali foucaultiani” all’école des Hautes études en Sciences Sociales il 27 marzo 2013 sulla genealogia foucaultiana del dir-vero e sull’emergere della soggettività nelle forme giuridiche e penali nelle società occidentali. I contributi presentati in questo volume si addensano intorno a una delle fasi ancora meno studiate dell’opera di Foucault, quella tra il 1980 e il 1981, e si concentrano sul ruolo strategico giocato dall’ingiunzione a “dire il vero” nei meccanismi governamentali contemporanei. Foucault mostra, infatti, la rilevanza politica delle pratiche di veridizione all’interno delle procedure (giuridiche, economiche, medico-psichiatriche, ecc.) del governo degli uomini, ma apre anche uno spazio fondamentale di riflessione sulle forme etico-politiche di resistenza che, oggi, è possibile opporre loro.

info

 Indice

Laura CREMONESI, Orazio IRRERA, Daniele LORENZINI, Martina TAZZIOLI

Introduzione

Frédéric GROS

Soggetto morale e sé etico in Foucault

Orazio IRRERA

La verità come forza. Dir-vero, potere e soggettività nell’ultimo Foucault

Michel SENELLART

Il corso Del governo dei viventi nella prospettiva della Storia della sessualità

Laura CREMONESI

Veridizione antica e veridizione cristiana in Michel Foucault

Gianvito BRINDISI

L’Edipo re tra governo, giurisdizione e veridizione

Daniele LORENZINI

Genealogia della verità e politica di noi stessi

Martina TAZZIOLI

Condotte di non-verità. Biografie irregolari e confessione senza verità nel governo dei rifugiati

Bernard E. HARCOURT

Le forme di verità e le forme giuridiche. Una lettura incrociata di Mal fare, dir vero e di La verità e le forme giuridiche per un’ermeneutica del presente

 

Read Full Post »

smithEric C. Smith, Foucault’s Heterotopia in Christian Catacombs: Constructing Spaces and Symbols in Ancient Rome. Palgrave Macmillan, October 2014

Further info

Ringing the city like pearls on a necklace and plunging beneath the earth into darkness, the Christian catacombs of Rome have inspired and captivated people for centuries. This book takes a new approach to the study of the catacombs, using spatial theory to understand the way the catacombs were constructed, decorated, and used. Relying on the theoretical work of Michel Foucault and Henri Lefebvre, this book moves beyond traditional forms of analysis to turn a new lens to the work of understanding these monuments of early Christianity. The location and form of the Callistus Catacomb, the art found inside, the texts referenced in that art, and the community practices performed and referenced deep underground form the heart of this innovative take on the grand burial sites of the early church.

Read Full Post »

Older Posts »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 5,845 other followers

%d bloggers like this: